Encore raisonnable
J’ai 51 ans, veuf depuis 10 ans avec deux enfants de 20 et 23 ans. Ils sont encore à la maison avec moi, ce qui me permet « parfois » de me raisonner face au jeu et de réguler le temps gâché à être devant mon ordinateur à jouer. J’arrive encore à garder la notion d’un rythme à donner : faire la cuisine, la lessive, le ménage. Ce n'est finalement que lors de ces moments que j’arrive à décrocher des jeux, physiquement mais pas mentalement ! En effet on y pense tout le temps (la dernière main perdue, la boule qui tombe sur le numéro d’à côté, une carte tirée au blackjack... On se remémore sans cesse et on veut se refaire. On passe son énergie à se demander où trouver de l’argent pour jouer. On s’empêche d’acheter une baguette de pain mais on claque 500€ sur un coup de blackjack avec en plus même plus l’espoir de gagner mais le besoin de parier. Des gains j’en ai eu. Mais on « tilte » juste après dans l’euphorie d’avoir une bankroll conséquente ! Et là on perd tout ce qu’on a gagné en plusieurs heures en l’espace de 2 minutes. On ferme l’application et on cogite. On est mal, on est la pire merde du monde, on a perdu son temps, son argent. On s’est isolé. On est irritable, déconnecté de la réalité, incapable de se concentrer lors d’une conversation car on pense au jeu, aux pertes, a comment on va trouver de l’argent pour jouer… Je joue tous les jours, même au travail (j’ai un boulot de bureau, face à un ordinateur, donc je peux jouer entre 2 coups de fil ou entretien), j’ai toujours une fenêtre ouverte avec la roulette qui tourne en fond d’écran et dès que possible je fais un pari. J’arrive tant bien que mal à gérer mes dépôts sur les casinos en ligne (en fait j’atteins mon plafond de carte !) mais je ne pense pas à mes créances qui ne passent pas auprès de ma banque. Chaque moment de ma journée est consacrée a savoir comment et quand je vais jouer. C’est insupportable mais plus fort que ma volonté. Envie de suicide pour régler ça, envie de me libérer. Mes enfants me font tenir. Mais c’est grave comme dépendance. Doublée par de l’alcool, le mélange est détonant, plus de notions des mises ou dépôts, on s’écroule et le lendemain, on se dit j’ai perdu 2000€ hier soir sans même se souvenir à quoi on a joué. Envie encore de m’en sortir. Mais je suis dans le déni et me dis que je suis assez fort pour m’en sortir tout seul. Mais c’est faux. Je dois prendre la décision de me soigner. C’est une addiction. Une maladie.